Amorçage carpe : le réussir pour prendre plus de poissons !

L’amorçage carpe constitue un pilier fondamental pour la réussite de notre pêche. En effet à lui tout seul, l’amorçage peut soit nous apporter plusieurs poissons plus ou moins rapidement, ou alors s’il est mal réalisé, nous faire connaître la désagréable sensation du capot. Cependant un amorçage efficace est parfois difficile à mettre en place car chaque lieu de pêche ou chaque technique (voire chaque poisson) peut demander une approche différente et donc un amorçage différent. Nous allons donc voir dans cet article comment mettre en place un amorçage adapté à chacune des principales situations de pêche auxquelles nous sommes confrontées au bord de l’eau.

Amorçage pour les pêches rapides

A l’heure où on parle souvent de temps et d’accoutumance lorsque l’on pêche la carpe, il est évident que l’approche technique pour les pêches dites rapides (de quelques heures à une journée) est un peu particulière. Quand on a dit ça, sachant qu’on a que quelques heures devant nous, on se doute bien que l’amorçage devra être effectué pour attirer et “exciter” rapidement quelques poissons. A de rare exception (par choix), pas question ici donc de chercher un spécimen hors norme, on ne s’occupera donc pas de la taille moyenne des poissons mais plutôt de la façon de les attirer rapidement car il faut le dire, le temps ne joue pas en notre faveur ! 

Les appâts de petites tailles étant plus attractifs, ils sont donc particulièrement efficaces lors de pêches rapides. Pour ce faire et cibler le plus de carpes possibles, il est préférable d’utiliser des graines (le maïs et le chènevis étant parfaitement adaptés aux pêches “instantanées”).

Le maïs est une arme redoutable pour les pêches rapides

On peut amorcer soit directement avec une pelle d’amorçage si on pêche au bord, soit grâce à un bait rocket afin d’atteindre des distances beaucoup plus importantes. L’autre option qui elle est également très attractive consiste à mélanger les graines à des boules d’amorce obtenues à partir de pellets ou de Frolic fondus. Dans ce cas, l’amorçage à la fronde est à privilégier.

L’idée est de faire en sorte que le coup soit attractif durant toute la pêche, donc en fonction de l’activité observée, on peut se permettre de faire un rappel régulier, surtout si on incorpore de la farine car les blancs ne manqueront pas de s’inviter au festin.

Et pour ceux qui ne jurent que par la bouillette, il est évidemment possible de pêcher avec lors de pêches rapides, même si leur efficacité sur des périodes très courtes est plus discutable, cependant l’avantage est qu’on arrive tout de même mieux à cibler les plus belles carpes. 

Certains utilisent des bouillettes de 20mm ou plus et surdosées en arôme et attractants pour attirer rapidement des poissons. De mon côté je préfère amorcer avec des bouillettes de plus petite taille (14 ou 16mm). Pourquoi ? Car les bouillettes de plus petit diamètre, pour le même poids vont couvrir une surface beaucoup plus importante d’amorçage puisque qu’on va multiplier le nombre de bouillettes sans pour autant gaver le poisson, car comme je l’ai mentionné plus haut, on aura la même quantité d’appâts au fond de l’eau. On obtient donc logiquement un amorçage plus attractif…

Pour avoir un résultat plus ou moins similaire, on peux également couper en deux une bonne quantité de bouillettes de 20mm ou plus, servant à l’amorçage. Des bouillettes coupées en deux seront elles aussi plus attractives. Attention tout de même à ne pas amorcer uniquement avec des bouillettes coupées, ce qui aurait pour conséquence que les carpes ne se focalisent uniquement sur l’amorçage et en oublient votre esche. 

Amorçage pour les pêches “classiques”

C’est quoi une pêche classique ? Une pêche classique est l’approche technique la plus populaire, la plus basique et la plus pratiquée au bord de l’eau, explication…

Pour que ce soit plus clair pour vous, remettons nous dans le contexte : le week end approche et une envie dévorante d’aller à la pêche la nuit du samedi au dimanche nous submerge ! Négociation faite avec Mme (ou avec Mr) 😉 et lieu de pêche choisi, c’est parti pour environ 24 heures de pêche sur un plan d’eau que l’on connaît plutôt bien (oui car pour ce genre de très courte session, il est préférable de pêcher des endroits qu’on connaît bien pour des raisons évidentes). 

Vous l’aurez compris, ici la pêche n’aura (presque) pas été préparée. Cela sous entend qu’il est peu probable qu’un amorçage a eu lieu au préalable également. Nous arrivons donc sur le poste le samedi vers 16H et allons mettre en place notre amorçage pour la nuit sur des postes où nous savons qu’ils “fournissent” régulièrement des carpes (car je vous le rappelle nous n’avons qu’environ 24 heures de pêche, donc pas vraiment le temps de chercher !). 

C’est là qu’entre en scène notre amorçage carpe dit classique (ce que font 80% des carpistes dans ce genre de situation) : on lance toutes nos cannes sur des zones intéressantes puis on amorce autour de notre montage de 20 à 50 bouillettes (2/3 poignées) plus ou moins espacées (disons que cette quantité est un bon compromis pour attirer plusieurs carpes sans les gaver).

Une poignée de 20mm représente environ 16/18 bouillettes. Deux à trois poignées suffisent pour attirer quelques poissons sans risque de gavage. Lors de chaque touche, un rappel est nécessaire afin de conserver une activité sur le coup

Selon la configuration du poste, l’amorçage peut couvrir l’ensemble de la zone de pêche ou alors se présenter comme des amorçages isolés sur chacune des cannes. Cette deuxième option est à privilégier si vous avez des appâts différents sur chaque canne. Après chaque touche, il suffit d’effectuer un rappel sur la canne où s’est effectué le départ. Dans ce cas, je réamorce généralement avec la moitié de la quantité de bouillettes mise au départ, évidemment plus il y a d’activité sur le coup, plus l’amorçage peut être conséquent, histoire de bien garder les poissons en activité. C’est une approche très basique, cependant extrêmement efficace sur les “postes à poissons” car de très nombreuses carpes se font piéger de cette façon encore et toujours, donc si ça fonctionne pas besoin de se casser la tête 😉 

Amorçage carpe pour les pêches à rôder

La pêche à rôder (ou stalking) est une façon différente d’aborder la pêche de la carpe car beaucoup plus mobile. Elle consiste principalement à amorcer plusieurs spots simultanément près du bord et dans de faibles profondeurs. L’amorçage carpe se fera de préférence à la graine ou à la farine (voire les deux) pour attirer rapidement un ou deux poissons (deux à trois poignées de graines suffisent généralement pour déclencher une touche..)

Concernant les spots, les arbres immergés, les pieux dans l’eau, les herbiers, etc, sont excellents à prospecter lors de la pêche au stalking (d’un point de vue plus large, on privilégiera les obstacles “denses” où les carpes adorent se trouver durant la journée).

Pour le côté pratique et mobile, le matériel doit être léger car c’est une pêche où on est amené à beaucoup se déplacer. Il est également préférable de n’emporterons qu’une, voire deux cannes maximum. 

Pour une efficacité maximal, 30 à 45 minutes de pêche sur chaque spot suffisent. En revanche après chaque touche, il est préférable de réamorcer et de changer de spot en passant au suivant. Une heure après vous pourrez revenir sur celui-ci.

Côté montage, on conservera les mêmes que ceux habituellement utilisés, seul le poids du plomb devra être différent (50/60g) car nous ferrons dès que nous voyons le fil se tendre, pas besoin d’un gros lest qui serait plus gênant qu’autre chose pour combattre les poissons près du bord.

Dans ce type de configuration, nous pouvons souvent observer des poissons qui trahissent leur présence, soit en les voyant directement, en observant des bulles ou encore des fouilles sur le fond. Comme nous pêchons tout près du bord, il est donc très important de rester extrêmement discret sinon ce n’est même pas la peine de mettre le montage à l’eau ! Pour aller dans ce sens il est donc conseiller de porter des vêtements sombres et de se tenir en retrait par rapport à la berge, et bien sûr de ne pas faire de bruit.

En restant discret, il est régulièrement possible d’observer quelques poissons. Crédit photo Clive Varley

Amorçage au spot

L’amorçage carpe au spot est souvent basé sur l’observation et une bonne connaissance de la topologie du fond. En effet, l’amorçage au spot s’applique plutôt dans les eaux où la configuration du fond est variée, voire compliquée (cassure importante, différence marquée de profondeur, souches au fond de l’eau, tâche de gravier, etc).

Il est donc important de trouver ces “hot spots” comme on dit, c’est-à-dire des zones où les chances de trouver une ou deux carpes sont très élevées. Pour cela, un sondage précis est souvent nécessaire. Ces zones sont de véritables aimants à carpe car elles y trouvent de la nourriture naturelle quotidiennement, et forcément les carpes ne sont jamais loin ! 

Parfois les bons spots sont évidents, d’autre fois, un sondage minutieux est nécessaire

Côté stratégie, elle consiste à déposer les montages tout près de ces zones où les carpes ont l’habitude de venir régulièrement. On amorce ensuite ces spots individuellement souvent avec très peu d’amorce. En effet, l’amorçage doit être serré et il est préférable que la quantité d’amorce ne dépasse pas la quantité qu’une carpe peut ingérer (grosso modo une bonne poignée d’appâts) car si le repérage a bien été effectué, nul besoin de gaver les poissons. Le but étant que dès qu’un poisson va venir s’alimenter comme à son habitude sur ce spot, il tombe sur notre amorçage et se fasse piquer (dans le meilleur des cas 😉 ). 

La pêche au spot est également bien adaptée aux pêches rapides car c’est une technique très ciblée et chaque ligne pêche pour un poisson. L’amorçage carpe peut donc être constitué de différents appâts (graines, bouillettes ou autres,), l’important étant surtout de déposer son montage au bon endroit.

En pêchant de cette façon, on apprend également beaucoup de choses sur le comportement des carpes, comme par exemple les heures auxquelles elles se nourrissent ou encore sur les appâts qui déclenchent les touches (en fonction des habitudes alimentaires des poissons, les appâts gagnants peuvent être différents d’un endroit à un autre).

 

Tous ces amorçages que nous venons de voir sont très efficaces s’ils sont mis en place avec bon sens et au bon moment. Cependant, vous le savez comme moi, il n’y a pas de vérité absolue lorsqu’on pêche la carpe. On ne doit donc en aucun cas se reposer sur un amorçage que l’on juge “parfait”. Plus globalement, c’est selon moi une erreur de se dire qu’une stratégie est forcément la bonne car elle a déjà été payante par le passé. Le comportement des carpes vis à vis de nos amorçages, de nos esches ou encore de nos montages évolue sans cesse, il est donc primordial de s’adapter au bon vouloir de Mme Carpe, comme d’habitude… 😉 

 

En complément, vous pouvez également lire mon article “Réussir son amorçage à long terme”

 

Article rédigé par Freddy, rédacteur du Blog de la Carpe

Recherches utilisées pour trouver cet article :amorcage pour carpe, amorçage au mais, amorcage au spot, amorçage maïs poissons blancs, comment tenir les carpe sur le lieu appatage, reussir peche

5 réflexions sur “Amorçage carpe : le réussir pour prendre plus de poissons !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement mon livre "La carpe, technique et stratégies gagnantes" Cliquez ici
Hello. Add your message here.