Interdiction de pêcher au vif, le début de la fin ?

 

Ce n’est pas un secret, plusieurs campagnes anti-pêche ont vu le jour depuis bien des années maintenant. Jusqu’ici il n’y a pas eu de réel impact sur la pratique de la pêche, cependant et malheureusement pour nous pêcheurs, c’est bien en train de changer. En effet, la demande de l’association Paris animaux Zoopolis (association qui défend les intérêts fondamentaux des animaux) de demander l’interdiction de pêcher au vif est en train d’aboutir et pourrait s’étendre sur tout le territoire si nous n’y prenons pas garde. Effectivement, après la ville de Grenoble, c’est comme un symbole la ville de Paris qui va interdire à son tour la pratique de la pêche au vif. Enfin, l’adjoint au maire de la ville de Montpellier, Eddine Arriztegui annonce lui aussi qu’il défendra ce vœu d’interdiction de la pêche au vif lors du prochain conseil municipal. Et ce n’est certainement que le début…

Je fais juste une parenthèse car vous vous demandez peut-être pourquoi j’écris un article sur ce sujet qui n’a rien à voir avec la pêche de la carpe ? Et bien même si les pêcheurs de carpes et ceux de carnassiers s’opposent parfois dans leur façon de voir les choses (le no kill par exemple), il n’en reste pas moins que nous partageons une passion commune et nous devons être tous solidaires. Et bien sûr, j’ai dans la tête également que ce n’est que le début, car avec l’interdiction de pêcher au vif, c’est une brèche qui s’ouvre très clairement, car la demande va également vers l’interdiction des ardillons. La question qu’on peut se poser maintenant est donc la suivante : jusqu’où tout cela va t-il nous mener ? 

Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous invite à cliquer ici pour signer la pétition contre l’interdiction de la pêche au vif

Quel impact si l’interdiction de pêcher au vif s’étend à toutes les régions ?

En France, on estime le nombre de pêcheurs à 1,5 millions et la pratique de la pêche au vif représente environ la moitié des pêcheurs, c’est donc un sujet qui concerne énormément de pratiquants. Imaginez un seul instant si l’interdiction de pêcher au vif s’étend à toutes nos régions ! Et bien la pêche telle qu’on l’a connue depuis toujours changerait littéralement de cap. Sans parler évidemment de l’impact économique que cela aurait sur les fédérations de pêche, les pisciculteurs, etc. Vraiment, il est difficile de dire où tout cela peut nous mener, mais une chose est certaine, ceux qui prennent ce type de décisions binaires ne comprennent pas grand chose à la pêche. Pourquoi ne pas discuter avec des représentants de pêcheurs pour essayer de comprendre ou trouver des compromis par exemple. Vous trouvez ça absurde ? Vous pouvez car il semblerait qu’aucune discussion à ce jour n’est été formellement entamée pour trouver des solutions alternatives ! Absurde oui…

Eddine Ariztegui, adjoint au Maire de Montpellier annonce qu’il défendra ce vœu d’interdiction de la pêche au vif lors du prochain conseil municipal de la ville de Montpellier.

Et le poisson dans tout ça, ressent-il la douleur ?

Le fond du problème est donc la souffrance qu’une piqûre d’hameçon ou la piqûre d’une aiguille infligerait au poisson. C’est un débat très important car il n’est pas question de faire souffrir un poisson consciemment bien évidemment. Cependant y a-t-il eu des études sur le sujet pour nous éclairer ? Le poisson souffre t-il vraiment avec une piqûre d’hameçon par exemple ? La vérité est qu’à ce jour il est très difficile de répondre à cette question. En effet, des scientifiques américains estiment, après réexamen des résultats de plusieurs études antérieures, que les poissons ne ressentent pas la douleur de façon consciente, faute à des structures cérébrales trop peu développées. D’autres études laissent à penser qu’au contraire les poissons peuvent ressentir la douleur grâce à la présence de nocicepteurs (Terminaison nerveuse capable de transmettre les stimulations génératrices de douleur).

D’un point de vue de pêcheur, il est objectivement difficile de constater une souffrance chez le poisson comme nous nous le concevons. En effet, lors de la prise d’un poisson, on ne constate pas un comportement d’agitation excessif ou une sensation de douleur perceptible, en revanche cela déclenche du stress incontestablement. Donc le poisson souffre t-il ? La question se pose vraiment mais aujourd’hui nous sommes un peu dans le brouillard car il y a beaucoup de contradictions. 

Vers une pêche sans ardillon ?

Un autre point avait également été évoqué, il s’agit d’interdir les ardillons. En effet, l’ardillon amplifierait la blessure provoquée par l’hameçon. Pire, en cas de casse cela pourrait provoquer la mort du poisson qui n’arriverait pas systématiquement à se libérer de l’hameçon. Il n’est pas rare en effet de constater des poissons aux bouches mutilées en cas de prises répétées. Il est vrai que l’ardillon amplifie la blessure, c’est un fait. D’ailleurs il est interdit dans beaucoup de sites privés pour préserver la bouche des poissons.

Ceci étant dit on fait quoi maintenant ? Doit-on interdir l’ardillon pour préserver notre pêche ? Plus globalement, quelles sont les risques pour l’avenir de la pêche avec ces mesures qui pointent le bout de leur nez ? Impossible de répondre à ces interrogations, cependant une chose est sûre, qu’on le veuille ou non, l’heure est grave, et si nous voulons faire perdurer la pêche, il paraît inévitable de trouver des solutions, et vite…

 

Par Freddy, rédacteur du Blog de la Carpe 

Recherches utilisées pour trouver cet article :Pêche au vif interdit

14 réflexions sur “Interdiction de pêcher au vif, le début de la fin ?”

  1. Bonjour, pourquoi ne pas interdire la pêche et empêcher certaines personnes d’avoir un loisir et fermer des magasins et des piscicultures. Vive le chômage

  2. J’ai partagé sur mon compte facebook. Je suis débutant dans la pêche depuis 8 mois, et j’adore ça. Je teste toutes les pratiques et là je me met à la pêche à la carpe. Mon intérêt est d’apprendre le maximum de chose sur cette pêche tout en respectant les poissons. c’est devenu une passion pour moi et je trouve dommage d’interdire certaines choses. Je suis contre l’interdiction évidemment. Par contre, je pense que notre pratique n’est peut-être pas assez médiatisé au niveau de la télé ou radio sur ces sujets. Au jour d’aujourd’hui, il y a de plus en plus de pêcheur et donc nous avons tendance à trop poster des photos de nos prises sur les réseaux sociaux, ce qui accentue l’incompréhension de certaines personnes qui encouragent les associations à continuer leur combat contre “la torture des animaux”. Quand on voit que les médias nous rabâchent sans arrêt la maltraitance dans les abatoires, on peut voir que la majorité des gens ne réfléchissent pas d’eux même pour peser le pour et le contre de ces objectifs d’interdire.

  3. Salut Freddy, c’est vrai que l’ heure est grave pour tous les pêcheurs …Quelques ” écolos ” veulent tout simplement interdire la pêche en France , ça commence par les vifs après les ardillons , après ce serra quoi ?…Mobilisons -nous et surtout montrons notre force et notre mobilisation !!! Bonne soirée Freddy . Arsène DAUER

  4. il va falloir défendre la pêche ancestrale aux vifs ,
    et bientôt peut être d’autre techniques de pêche

    les nouveaux penseurs , ferait mieux de s’occuper des gens qui crève de faim et froid dans la rue
    à bonne entendeur Salut

  5. Merci Freddy pour relayer nos coups de gueule . J’espère que tous les pecheurs seront arreter leurs petites guéguerres pour s’unir contre cette absurdité , et surtout comprendre que le nokill et lui aussi en danger ce qui sonnerait la fin de notre passion .
    Curdialement .

    Philippe

  6. Allons y ,arrêtons la pêche .. arrêtons notre loisir. Restons chez nous à nous morfondre comme une grande partie de la population française..
    Au lieu de celas,le gouvernement devrait mettre en place des actions de protection de nos rivières, du biotope et surtout interdire de reboucher des étangs sans l’avoir vider de ces poisson au préalable et de remettre toute cette faunes dans la rivière du département concerné….

  7. Salut, j’ai signé sans aucune hésitation, carpiste depuis deux ans j’ai découvert une autre facon de pêcher. Mais bon bref, la ou je m’inquiète c’est, la suite va être quoi? La souffrance du vers de terre, de l’asticot etc… Puis ensuite la souffrance du poisson quand il se fait piquer avec l’hameçon sans ardillon? La souffrance du poisson quand on le sort de l’eau et qu’il manque d’oxygène ? On peu aller loin dans le débat jusqu’à interdire purement la pêche… A un moment faut arreter j’ai pourtant des convuctions ecolo mais faut pas etre con non plus

  8. Je pense que l’intervention de la pêche au vif n’est qu’une étape dans la vision finale de ces intégristes. Les pêcheurs non concernés pas cette pratique ont intérêt à se mobiliser. Je cite leurs propos : «Nous nous considérons que les poissons méritent de vivre sans souffrir et que l’activité de pêche même dite de No-Kill génère de grandes souffrances, donc nous ne sommes pas favorables à la pêche en générale.»..
    Nous pêcheurs, avec les chasseurs, les éleveurs, les bouchers et tous ceux qui sont dans le viseur de ces malades, devrions organiser une grande manif pou montrer notre ras le bol.

    Cette minorité de tarés ne doit jamais imposer leur façon de vivre et si nous ne bougeons pas rapidement, nous aurons une véritable dictature dans notre pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement mon livre "La carpe, technique et stratégies gagnantes" Cliquez ici
Hello. Add your message here.