Zone de pêche : trouver les meilleurs spots

Quand on pêche la carpe, on se pose souvent un tas de questions légitimes, comme “dans quel endroit je vais pêcher ? “A quel moment ? “Combien de temps ?Avec quels appâts ?” Etc. Ces questions là, on se les posent tous avant de se rendre sur la berge. Et une fois arrivé, une autre question se pose : où placer ses montages ? C’est sans doute l’interrogation la plus complexe à laquelle nous faisons face quand on pêche la carpe. Car trouver un lieu de pêche ou choisir entre tel ou tel appât n’est pas difficile en soit, le plus difficile, et là je pense qu’on sera presque tous d’accord, c’est de trouver où se situent les carpes, et donc où mettre ses montages…

Et pour trouver une zone de pêche où on peut croiser potentiellement des poissons, on peut appliquer plusieurs approches, comme l’observation, la prise de renseignement auprès d’autres pêcheurs, le sondage ou bien tout simplement son instinct (son expérience quoi !)

Mais c’est souvent à ce moment là que la bât blesse car en réalité il est souvent plus difficile que prévu de trouver rapidement de bons spots de pêche (comprenez par là, savoir où sont les carpes), et ça je l’écris en connaissance de cause car pendant un moment à mes débuts j’ai eu du mal à analyser et comprendre comment trouver les meilleurs spots. J’arrivais au bord de l’eau en essayant de trouver quelques pistes pour savoir où pêcher, mais ce n’était franchement pas simple.

De nombreuses zones de pêche peuvent être intéressantes pour pêcher la carpe, mais on ne sait pas toujours quoi faire

Zone de pêche : c’est quoi un spot ?

Quand on plonge dans le monde de la pêche de la carpe, il faut souvent se familiariser avec beaucoup de termes techniques, et nombreux sont anglo saxons, ça on l’a tous remarqué avec les divers produits dans le commerce ou même certaines techniques de pêche comme le “stalking” qu’on peut traduire exactement par “traquer“, mais ici en langue Française on préférera dire “pêche à rôder“.

Le terme spot si on le traduit dans la langue de Molière veut littéralement dire “endroit” ! Ici, rien de plus clair, il s’agit d’une zone de pêche précise, tout simplement. A ne pas confondre avec le poste de pêche, qui est l’endroit où on va installer nos affaires, même si bien sûr le poste de pêche va permettre de pêcher différents spots. J’espère que je suis clair 😁. Bref, tout ça pour dire qu’un spot est une zone de pêche précise où sont sensées se trouver les carpes car c’est une zone qui a un certain attrait pour elles (zone de pêche de tenue ou alimentaire entre autres). Si on va un peu plus loin, on peut même parler de hot spot qu’on pourrait définir par le spot connu le plus prolifique d’un plan d’eau, le plus chaud quoi… 

Quels sont les différents spots de pêche ?

Les spots de pêche peuvent être vraiment très variés quand on pêche la carpe car tout obstacle ou végétation peut en constituer un. Mais pour être plus précis, voici en quelques mots ce qu’est vraiment un bon spot à carpe : un bon spot doit apporter à la carpe : Sécurité et/ou Confort et/ou alimentation.

Oui car une carpe est un animal sauvage qui a besoin de se sentir en sécurité dans son milieu naturel et c’est souvent le cas avec les nombreux obstacles présents. Ensuite, une carpe a besoin de confort et un endroit où elle pourra se tenir de nombreuses heures en toute quiétude. Pour finir, évidemment une carpe a des besoins alimentaires et cherchera sa pitance dans des zones bien précises où par exemple des bestioles en tous genres seront attirées pour diverses raisons, c’est le cas par exemple avec des herbiers où la nourriture naturelle y est souvent très présente. 

Vous allez me dire, oui ok ça on en a plein de ce type de spot, mais comment trouver LE spot qui fait la différence ?

Pour commencer, et je tiens à être sincère avec vous : je ne suis pas un adepte de l’observation avant de pêcher car c’est souvent pour moi une perte de temps ! En effet, observer pendant des heures le moindre signe de vie d’une carpe n’est pas ma tasse de thé. Oui je sais c’est un peu à contre courant de tout ce qu’on peut lire ou entendre ici et là, mais de vous à moi, qui observe des heures durant le moindre signe pour trouver un poisson ? Pour moi, il s’agit d’une perte de temps. Les seules fois où j’observe attentivement ce qui se passe, c’est lorsque je suis en action de pêche. Dans ce cas il m’arrive régulièrement de pêcher avec une canne isolée sur des zones où les carpes semblent être activent, mais c’est la seule fois. Je fais donc différemment pour trouver des spots qui selon moi sont productifs (j’y reviens un peu plus bas).

Pour comprendre comment trouver le ou les spots qui ont de fortes chances d’être productifs, il faut comprendre un concept simple mais bien appliqué, il m’a toujours permis de faire la différence. Ce concept, je vais essayer de le résumé en une seule phrase : un bon spot est presque toujours une différence, une particularité et ce spot semble presque exclusif sur un plan d’eau !

A titre d’exemple, lorsqu’il est seul ou très peu représenté, un belle arbre mort plongé dans ce qui est l’idéal de plusieurs mètres d’eau est un spot de premier ordre ! A contrario, plusieurs arbres de ce type et assez proche les uns des autres ne représentent plus du tout le même intérêt ! 

C’est sans doute assez binaire comme réflexion mais je pense que vous avez saisi le concept. De la même manière, un massif d’herbiers qui est présent sur une petite partie d’un plan d’eau est à prospecter comme un bon spot tandis qu’un massif d’herbier qui s’étend sur une surface beaucoup plus grande est moins attractif. Dans ce cas, il faudra soit bien observer les passages et les éventuelles zones de tenue ou trouver d’autres spots si la tâche s’annonce trop complexe. 

Une fois qu’on a dit ça, voici à titre d’exemple quelques bons spots répandus dans nos plans d’eau et rivières : 

 Les arbres morts immergés

Un arbre mort immergé est un spot de premier choix quand on pêche la carpe car les poissons se sentent clairement en sécurité dans ces zones encombrées. On y trouve également souvent de la nourriture naturelle, plus ou moins abondante suivant le type d’arbre dans l’eau.

Cependant, et comme dit plus haut, il existe une grande différence entre deux types d’arbres morts immergés :

  • Ceux qui le sont de façon superficielle (dans moins 1,5m d’eau environ)
  • Et ceux dont les branches sont immergées dans une profondeur plus ou moins importante (jusqu’à plusieurs mètres) 

Un conseil, portez votre attention sur ceux qui sont vraiment immergés ! Ils sont en effet beaucoup plus attractifs.

Les roselières

Les roselières sont essentiellement constituées de phragmites (Phragmites australis), plantes communément appelées «roseaux», qui peuvent coloniser de vastes surfaces. Elles peuvent cohabiter sans problème avec d’autres plantes comme la massette, le jonc ou les saules. Généralement les roselières se trouvent dans très peu d’eau (5 à 10cm peuvent suffire). On les retrouvent aux abords des cours d’eau ou des étangs, mais également dans les gravières

Les roselières sont très intéressantes car on y retrouve bien entendu une grande variété de nourriture naturelle comme des écrevisses, vers de vase, escargots ou encore larves qui y trouvent refuge.

Les nénuphars

Les nénuphars poussent dans des profondeurs assez limitées et ont une grande préférence pour les eaux stagnantes, on en trouve toutefois dans les eaux courantes, à condition que le courant soit assez faible. Cette plante aquatique est certainement la plus connue de toutes, en effet elle pousse partout et ce qui est très intéressant pour nous, c’est que c’est un véritable aimant à carpe !

Cependant le nénuphar est une plante invasive et elle peut de ce fait recouvrir une très grande superficie en quelques années, l’effet “spot” (comme expliqué plus haut) est donc beaucoup moins perceptible dans ce cas au fur et à mesure que les nénuphars s’installent un peu partout

Les souches immergées

Dans la grande majorité des cas, on retrouve ces souches sur des lacs artificiels qui ont été immergés pour les besoins de l’homme. Les arbres présents ont été coupés et à terme, les souches restent au fonds de l’eau pendant très, très longtemps, ce qui devient naturellement de très bons spots. Ces souches “mortes” où se créent souvent de nombreuses cavités de part leurs racines, sont des endroits propices de cache et les écrevisses les adorent particulièrement.

Attention toutefois à ne pas y laisser ses montages !

Les hauts fonds

Un haut fond est comme son nom l’indique une zone de pêche sur la pièce d’eau où le fond est moins important. On repère un haut-fond en sondant (soit à la canne, soit avec echo sondeur), cependant il est possible également de les repérer avec un drone ou par image satellite, mais c’est quand même plus aléatoire.

Les hauts fonds sont très intéressants car ils tranchent clairement avec le fond parfois monotone de nombreux étangs, plans d’eau ou lacs.

Et ce qui les rend particulièrement intéressants c’est que de par leur fond moins important, la végétation peut y pousser grâce entre autres à la lumière du soleil, et qui dit végétation, dit toutes sortes de nourritures naturelles.

 

Voilà un petit aperçu de différents spots à carpe, mais bien sûr il en existe d’autres ; cassure, pile de pont, pieux dans l’eau, etc.

Quelques astuces pour trouver les meilleurs spots de son plan d’eau 

Il existe plusieurs astuces pour trouver les meilleurs spots de son plan d’eau. De mon côté, voici quelques astuces que j’utilise pour faciliter les recherches :

Les images satellite

Je l’ai déjà évoqué, les images satellite peuvent nous permettre, de chez nous, de trouver quelques bons spots, voici quelques images : 

 

Un bel arbre mort immergé, sur place il faudra vérifier que celui-ci est assez profondément immergé

 

Bouées ? Pieux ? Toujours est-il que cela représente sans doute un bon spot

 

Une péniche abandonnée le long d’une rivière, celle ci peut représentée un bon spot

Une ballade “innocente”

Une excuse toute trouvée : une bonne balade en famille qui comme par hasard se fait autour d’un plan d’eau ou le long d’une rivière 😉. En effet, se balader et repérer visuellement (voire prendre des photos) quelques spots permettent déjà de gagner du temps. 

Un sondage minutieux 

Lorsqu’on va à la pêche (et moi le premier) c’est souvent casse pied de devoir sonder pendant un certain temps en espérant trouver un ou deux spots pour la journée ou la nuit. Se pose alors ici deux problèmes : on perd un temps précieux de pêche et on peut littéralement “casser” son coup en étant beaucoup trop bruyant. Lorsque c’est possible, ma façon de faire est simplement de sonder minutieusement un plan d’eau hors pêche. De cette façon je peux prendre tout mon temps pour le faire, cartographier correctement ma zone de pêche, et le top, sonder en bateau muni d’un gps pour retrouver facilement mes spots. Une fois à la pêche, je ressors simplement mes notes.  

Le petit mot de la fin…

Voilà, j’espère que les quelques conseils pour trouver les meilleurs spots vous auront aidés. Bien sûr, il existe de nombreuses façons de déterminer une bonne zone de pêche, et de nombreux spots peuvent être très bons pour la pêche. Mais la condition sine qua non est que bien entendu ceux-là soit visités par les carpes. Je rajouterai un mot également sur “l’instinct du pêcheur”. Car il arrive bien souvent qu’au bord de l’eau on “sente” une zone de pêche plus qu’une autre. Pour moi, il est important à la pêche d’écouter son ressenti car souvent de manière inconsciente, on sait parfaitement quoi faire…

Par Freddy

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.