Bien pêcher la carpe au printemps

M3351M-T020

Ça y est, nous y voilà, le printemps est de retour pour notre plus grand plaisir. La plupart des carpistes sont dans les starting-blocks, prêts à dégainer leurs cannes de leur fourreau. Le retour du printemps annonce en effet souvent le retour au bord de l’eau pour la grande majorité d’entre nous. Mais pêcher la carpe au printemps n’est pas une mince affaire, car les conditions sont souvent trompeuses à cette période due principalement au fait que les poissons se remettent difficilement d’un hiver rigoureux et où leur organisme a été mis à rude épreuve. La mission s’annonce donc difficile, mais pas impossible…  😀

Les caprices de la météo

Ne nous y trompons pas, pêcher la carpe au printemps (surtout au début), est souvent difficile et imprévisible, ou en tout cas, beaucoup plus que le reste de la saison. Le beau soleil printanier et la relative douceur à cette période (en comparaison aux températures du mois précédent), font qu’on a souvent tendance à foncer au bord de l’eau sans se poser de questions. Le problème est le suivant : dans 90% des cas, les carpes n’ont repris que partiellement leur d’activité. Ceci est principalement dû au fait que les immenses masses d’eau que représentent nos étangs et rivières, vont mettre beaucoup, beaucoup plus de temps à trouver leur rythme de croisière et à atteindre la barre symbolique (quand on pêche la carpe) des 16°. Pour résumer, il va falloir de nombreuses journées ensoleillées pour réchauffer l’eau, parfois même, plusieurs semaines si le thermomètre peine à grimper. Vous l’aurez compris, même s’il est possible de faire de très belles pêches au printemps, cette période est tout de même assez déroutante du point de vue de la pêche.

La reconstitution des carences alimentaires

Voici un paramètre sur lequel on peut être optimiste à cette période : la reconstitution alimentaire des carpes au sortir de l’hiver ! Généralement, entre 10 et 15°, les carpes vont se mettre en quête de nourriture pour effacer les carences dont elles ont été victimes pendant l’hiver. Ce phénomène est tout de même à relativiser, car vous l’aurez remarqué, les hivers en France sont de plus en plus doux, et il n’est d’ailleurs pas rare maintenant de faire de belles pêches en plein cœur de la saison froide, mais ceci est un autre sujet 😀 . Néanmoins, au sortir d’un hiver rigoureux, auquel s’ajoute des températures avoisinant la quinzaine de degrés, devrait en toute logique, pousser les poissons à s’alimenter et créer de mini-frénésies pendant quelques heures de la journée ou de la nuit. Je disais tout à l’heure que les résultats pouvaient être imprévisible au printemps, ici c’est de façon positive, et mettre au sec quelques poissons en quelques heures n’est pas rare, à condition bien sûr, vous l’aurez compris, d’être là au bon moment.

Privilégiez les bordures

S’il y a bien une période où il est difficile de choisir les bons postes, c’est bien au printemps, car là aussi, tout (ou presque) est une question de température de l’eau. En effet, la masse d’eau dans sa globalité est encore froide dû à l’hiver, sauf peut-être en bordure…

en début de saison, privilégiez les bordures

 

A cette période (et c’est encore plus flagrant avec le changement d’heure), nous remarquons tous que les jours rallongent, et donc que le nombre d’heures d’ensoleillement est plus importants jours après jours. C’est là un facteur important pour pêcher la carpe au printemps, car le soleil réchauffera tout d’abord les premières couches d’eau, puis réchauffera ensuite les couches d’eau un peu plus en profondeur, mais toujours de façon très lente. Les premières zones à bénéficier de la chaleur printanière sont donc tout naturellement les bordures, là où la profondeur est moins importante. D’ailleurs, la végétation et la vie aquatique de façon globale reprennent leurs droits tout d’abord sur ces zones, là également où se cachent quelques mets appréciés de nos chers poissons. Vous l’aurez compris, ces zones sont à prospecter en priorité en tout début de saison, ainsi que les hauts-fonds qui présentent plus ou moins les mêmes particularités.

L’importance des vents

Nous connaissons tous l’importance et l’influence qu’ont les vents sur les résultats de nos pêches. Pêcher la carpe au printemps, c’est aussi et surtout composer avec ce phénomène naturel. Pour faire simple, la berge, et encore mieux, les baies situées côté nord, sont excellentes puisqu’elles sont battues par les vents du sud. Les vents du sud étant très bons à cette période de l’année car généralement porteurs de chaleur.

Les appâts pour pêcher la carpe au printemps

Comme nous l’avons vu un peu plus haut, les appâts que nous proposerons aux poissons devront être capable de couvrir leur besoin nutritionnel à cette période. Nul besoin de se casser la tête, puisqu’un appât carné bien digeste et de bonne qualité, nappé d’extrait de foie (facultatif), fera l’affaire et déclenchera certainement les premières touches de la saison (bien sûr il n’y a rien de figé). Au printemps, les graines n’ont pas dit leur dernier mot non plus. Très utilisées en période froide (notamment le maïs doux), elles sont également excellentes pour déclencher quelques touches en ce début de saison. Pour n’en citer qu’une, le lupin fait certainement partie des graines à avoir en début de saison car sa valeur nutritive est très supérieure à beaucoup d’autres et sera très appréciée par ces poissons sortant d’un hiver difficile.

Côté amorçage, n’en faites pas des tonnes, quelques bouillettes écrasées dans un stick accompagnées de Frolic concassés ou des pellets suffiront largement. Mettre trop d’appâts au fond de l’eau n’est généralement pas une bonne idée pour pêcher la carpe au printemps. Rappelez-vous, leur organisme reprend à peine son activité, un gros amorçage saturerait rapidement l’appétit des poissons, et de ce fait, rendrait désespérément vos détecteurs muets.

un micro amorçage fait souvent la différence au printemps

La période de fraie

Il me paraissait difficile de terminer cet article sans parler de la période de fraie, autrement dit, la période de reproduction chez la carpe. Cette période peut s’étaler d’avril à juin suivant les régions et les températures. Lorsque les conditions sont réunies, les carpes vont en effet se déplacer en masse vers des zones peu profondes et où la végétation est souvent abondante, typiquement les queues d’étangs ou les baies des grands lacs. C’est un moment délicat du point de vue de la pêche car les poissons ont souvent des comportements très changeants d’une journée à l’autre, et bien sûr les résultats sont souvent aléatoires. Avant la fraie on passe d’une journée où les carpes sembleront affamées comme jamais, à des résultats faméliques le jour J. Assez déroutant ! Pour définir les meilleurs moments pour pêcher, il suffit simplement d’observer les zones de frayères. Il est en effet difficile de passer à côté du moment où les poissons ont décidé de passer aux choses sérieuses. Si c’est le cas, la pêche peut s’annoncer difficile, même si bien sûr tous les poissons ne frayent pas en même temps.

Autre point, et pour finir, lorsque l’on a connaissance que les carpes sont en plein ébats (facilement reconnaissables), il est selon moi préférable de les laisser un peu souffler, au risque de les perturber lors de cette période si délicate.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet article :pecher la carpe au mois de mai, peche carpe au mois avril, peche carpe au printemps, appat pour la carpe au printemps, quand pêcher la carpe au maïs, peche carpe au printents, peche carpe mois de juin quelle apa quil faut, peche de la carpe au coup au printemp, pecher a la noix tigré au printemps, pecher au pinkies au printemps

5 Replies to “Bien pêcher la carpe au printemps”

  1. Je trouve votre blog très intéressant et depuis me remet moins en question, j’ai pu constater des erreurs dans mes stratégies mais du bon aussi et capot aléatoire. pour moi tout conseil est bon à prendre. Et vous en remercie à vous tous et toutes.

    1. Merci pour votre commentaire 😉

  2. Bonjour merci pour votre blog, constitué de choses intéressantes. Ayant encore pas mal de choses à apprendre je suis satisfait de quelques conseils et technique dont vous faite part. Merci

    1. Bonjour et merci pour votre commentaire 😉

  3. […] La carpe, bien que pouvant atteindre un poids plus qu’honorable n’est pas le poisson le plus gros qui peuple les eaux douces, bien loin de là. A travers cet article, je vous présente une sélection des plus gros poissons d’eau douce du monde. Je suis sûr que les amateurs de sensations fortes ne seront pas insensibles aux poissons géants que l’on trouve à travers le monde, avec qui c’est, l’envie peut-être un jour d’aller se confronter avec certains de ces monstres. […]

Laisser un commentaire