PECHE EN ETANG : quand quelques heures suffisent…

carpe miroir

 

La pêche en étang, voilà l’un des terrains de jeu préférés des carpistes, et j’avoue que j’en fais partie. Nous sommes donc le samedi soir et l’idée de me faire une petite sortie le lendemain dans un étang non loin de mon domicile me trotte dans la tête. Après un rapide inventaire de mon matériel (et ouai, ma dernière session était en rivière et cela laisse des traces 😉 ), ma décision est prise. Bien que je ne sois pas du matin, je me lèverai donc très tôt (qu’est-ce qui faut pas faire 😀 ), pour profiter de la fraîcheur des premières heures de la journée. Pour rappel, j’écris ces lignes début septembre et il fait encore très chaud (pourtant j’habite en Bretagne, on marche sur la tête :mrgreen: ). Et dans ces conditions, le meilleur moment selon moi pour pêcher la carpe est le matin, là où la température de l’eau est la plus fraîche, et en théorie, c’est le moment propice pour que les poissons s’alimentent…

Les aléas de la pêche en étang…

Pas d’amorçage préalable donc, mais qu’importe, je tente quand même ma chance. J’arrive donc sur mon poste vers 6 H et il fait encore nuit. Bien que cet étang soit d’une importante superficie, la disposition des postes ne se prête pas vraiment à la pêche de la carpe. En effet, difficile de lancer car les arbres sont très présents juste derrière moi, de plus, deux gros arbres immergés le long de ma berge (à ma gauche et à ma droite), me font penser qu’il sera difficile d’épuiser les poissons, ce sont les aléas de la pêche en étang, bref…

Je guette l’activité…

Je monte tranquillement mon matériel et j’en profite pour tendre l’oreille, histoire de détecter de l’activité, et à part quelques sauts sur la berge d’en face (inaccessible), il n’y a pas grand-chose à signaler. J’attends donc les premières lueurs du jour pour pouvoir amorcer et lancer mes cannes. Côté amorçage, je ne me suis pas casser la tête puisque ce sera qu’avec de la bille pure, j’en mets deux bonnes poignées, mais pas plus, le but, surtout lorsqu’on pêche en étang et quelques heures, est de ne surtout pas gaver le poisson, mais plutôt de faire une pêche de rappel (réamorcer qu’après avoir eu une touche). J’amorce donc, puis lance mes cannes. Il est sept heures, et toutes mes cannes sont en place. Comme à mon habitude, je partirai en fin de matinée. Je ne remarque toujours aucune activité et deviens pessimiste quant à mes chances de sortir du poisson.

Pluie et… carpe

Il est maintenant 10H et la pluie redouble d’intensité (en plus j’ai oublié mon parapluie  😡 ), quand tout à coup, mon détecteur s’emballe, c’est celle qui pêche fil détendu, je m’empresse de saisir ma canne car pas de temps à perdre quand on pêche près d’obstacles. Je me dis que le plus dur est encore à venir avec ces maudits arbres dans l’eau de part et d’autre. Effectivement, arrivée au bord, elle m’en fait voir de toutes les couleurs et m’oblige à me déplacer constamment pour éviter qu’elle ne se prenne dans les branches. Quelques minutes plus tard, dans l’épuisette, OUF ! encore une magnifique miroir de ce plan d’eau. Une heure plus tard, je plie avec la banane, heureux comme un gamin.

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :peche carpe de quelques heures, heure de peche a la carpe, les meilleures heures de pêche en étang, peche carpes de quelques heures

One Reply to “PECHE EN ETANG : quand quelques heures suffisent…”

  1. […] Je pense notamment à l’organisation que cela implique. Moi qui suis un adepte des courtes pêches, je mesure à quel point la différence est grande quand je transporte du matos pour ne pêcher que […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.