Interview de Jocelyn Dupré, l’homme des grands lacs

3

 

Retrouvez l’interview de Jocelyn Dupré qui nous livre plein d’informations pleines de bon sens tirées de son expérience passée au bord de l’eau durant toutes ces longues années. Un grand merci donc à Jocelyn qui a prit de son temps pour partager tout cela avec nous.

Interview de Jocelyn Dupré

 

Blog de la carpe : bonjour Jocelyn, pour ceux qui ne te connaissent pas encore, peux-tu te présenter ?

Jocelyn Dupré : Salut Freddy ! Tout d’abord merci de me donner l’occasion de répondre à tes questions. Moi c’est Jocelyn, j’ai 35 ans et je travaille dans l’informatique. Je pêche la carpe depuis plus de 20 ans essentiellement en lacs et de plus en plus en rivières sur les dernières années. Je suis accro et je passe l’essentiel de mon temps libre au bord de l’eau. Je suis aussi un amoureux de l’écriture, de la photo et de la vidéo qui sont des activités super enrichissantes et qui participent très largement au développement de ma passion.

 

BDLC : Comment est née cette passion pour la pêche de la carpe ?

Jocelyn Dupré : le démarrage s’est fait par la pêche au coup, à l’origine sur un canal de ma région avec ma nourrice qui m’amenait au bord de l’eau pour taquiner les poissons chats ! mes premiers moustachus je les ai pris à 7-8 ans. La passion de la pêche a grandi crescendo dans ma vie…j’ai démissionné deux fois en 2005 et 2007 pour vivre ma passion à fond…je suis resté très longtemps célibataire par choix pour profiter plus pleinement de ma passion ! Et dépassé allègrement le millier de nuit au cours des 15 dernières années…Cela a aussi conditionné mon lieu de vie et mon activité professionnelle. Peu de chose dans ma vie ne tourne pas autour de la pêche !

BDLC : tu es souvent associé à la pêche des grands lacs, qu’est-ce qui t’attire le plus dans le fait de pêcher ces grandes étendues d’eau ?

Jocelyn Dupré : les lacs c’est l’école de l’humilité. Une session vous réussit et à la suivante vous vous ramassez ! Les lacs de plaine comme de montagne sont des eaux de grande taille où il faut redoubler d’efforts pour localiser le poisson. Face à l’immensité et en pleine nature sauvage, on se sent tellement fébrile… Nous ne sommes pas grand-chose face aux grands éléments et j’ai toujours trouvé ça captivant…ce qui m’attire dans la pêche en lacs c’est évidemment le cadre qui doit être à lui seul un spectacle et puis les cheptels ! A quelques rares exceptions, les poissons grandissent naturellement en lacs grâce essentiellement à la nourriture présente dans leur environnement. Ce dernier point a beaucoup d’importance à mes yeux. 

 

Les lacs c’est l’école de l’humilité. Une session vous réussit et à la suivante vous vous ramassez !

 

Je ne suis pas à la recherche d’un record en kilogrammes… d’ailleurs les lacs ne sont pas les meilleures eaux si on cherche un record. Sur pas mal de lacs que je pêche, prendre un poisson de 25 kilos n’est pas envisageable car les eaux sont trop acides et pauvres en nourriture naturelle. Sans tomber dans la caricature, certaines eaux publiques (de par la contribution des amorçages) comme beaucoup de privés aujourd’hui (ou le nourrissage est pratiqué) sont devenus des eaux à production de records… pire, parfois les poissons sont harcelés et peuvent avoir la gueule violacée ou bien encore des blessures dues aux manipulations. Je fuis tout cela pour plus de tranquillité et ma propre conception et vision de la pêche. Je suis davantage attiré par les eaux peu fréquentées et des poissons sauvages et vierges ou à minima des poissons qui ont grandi naturellement. Je recherche des grands poissons qui ont grandi naturellement dans des eaux challengeantes ! et les lacs de l’hexagone sont les plus formidables terrains de jeux pour ça…

                                                                                                                                  BDLC : pêcher les grands lacs, c’est aussi croiser la route de certains poissons exceptionnels, quel est le poisson qui t’a le plus marqué ?

Jocelyn Dupré : je passe beaucoup de temps sur les lacs et il est donc normal que je capture de grande prise. Si je devais citer quelques captives, alors je citerais sur Orient la grande miroir ‘Jaluse’  capturée à 29 kilos en 2005 ou encore les deux grandes communes de 28 et 29 kilos en 2014. Orient a quelque chose de spécial pour moi. J’ai aussi eu rencontré ma chance sur un lac du sud-est de la France qui me gratifiera de plusieurs grands poissons dont 3 de plus de 29 et un de plus de 30 nommé « Emotion ». J’ai eu aussi le bonheur de mettre une grande miroir à l’écaillage sublime en octobre 2015 au fond de mon flet ! J’ai été depuis plus de 15 ans récompensé chaque année de grande capture mais ma préférée reste  toujours la dernière !

Je dois dire que cette année 2016 j’ai eu l’honneur de mettre au filet deux grandes carpes l’une ; une grande commune et l’autre une miroir ! deux poissons qui flirtent à quelques centaines de grammes avec les 30 kilos. J’ai été énormément gâté cette année ! J’espère que le millésime 2017 sera aussi généreux !  Pour moi, un poisson exceptionnel c’est naturellement un poisson aux dimensions généreuses mais proportionnées avec un trait de caractéristique particulier qui le rend différent et puis que ce poisson est grandi paisiblement dans un écosystème naturel.

 

En grands lacs, la priorité est à la localisation. C’est la clef du succès

 

BDLC : quelle approche conseillerais-tu à quelqu’un qui débute en grand lacs (amorçage, montages, etc…) ?

Jocelyn Dupré : en grands lacs, la priorité est à la localisation. C’est la clef du succès. J’ai déjà eu beaucoup d’occasions de m’exprimer sur l’approche globale. J’ai d’ailleurs écris deux rubriques « La passion des grands Lacs » dans Carpe scène collector et « Horizon Lacs » dans Carpe Starter complètes au cours des 5 dernières années soit l’équivalent de 80 pages.  Tu vois j’ai pas été avare pour partager ma vision du sujet ! Tu sais la pêche en lacs me passionne ! Du coup c’est difficile pour moi de résumer en quelques mots sans tomber dans la description un peu bateau. Si je devais essayer de résumer en quelques lignes, j’insisterais toujours sur le fait qu’il est préférable de se focaliser sur un lac proche de chez toi et de démarrer par le repérage des poissons. Observer le lac (week end de prospection en bateau et du bord) et éliminer tour à tour les zones où les poissons sont peu visibles.  Focalisez-vous sur un secteur du lac qui vous semble le plus intéressant et chercher à identifier les spots clefs. Obstacles (embranchement, roches,…), variations de fond (haut fond, cuvette, plateau…) massifs d’herbiers (potamots, élodées,…) voilà des spots intéressants à prospecter. Échelonner vos cannes à différentes distances et différentes profondeurs. Le deuxième point essentiel est l’amorçage, tant avant la partie de pêche (en amorçant sur plusieurs jours à plusieurs reprises sa zone de pêche) que durant l’action de pêche (amorçage en spot progressif en fonction de l’activité) . L’amorçage m’a permis au cours des années écoulées de faire glisser non seulement plus de poissons à l’épuisette et parfois les plus grands.

Niveau appâts, ma préférence est essentiellement à la bouillette bien souvent sur une base carnée (hydrolysat de poisson) et parfois quand cela le nécessite sur une base de protéine végétale. J’utilise des billes riches contenant à minima 50 à 60% de protéines. Enfin de simples et efficaces montages (snowman, noeud sans nœud aligné, Chod,…) pour me permettre différentes présentations (équilibrées, sur le fond, flottant) sur les différents substrats en présence (vaseux, caillouteux,…) ainsi que du bon matos pour pêcher efficacement…toute cela participe à mieux maîtriser sa session.  Ma suggestion ?! si vous n’avez pas eu l’occasion de repêcher en lacs, n’attendez pas de vous sentir prêt ou qu’un ami soit disponible pour partir. Lister votre matos, chargez votre voiture seul ou accompagné et filez au bord de l’eau c’est là que tout se passe…

 

BDLC : je suppose que tu as déjà vécu beaucoup d’émotions au bord de l’eau, est-ce qu’il y a encore des buts que tu aimerais atteindre dans les mois et les années à venir ?

Jocelyn Dupré : oui bien sur j’ai pêché bon nombre de lacs et de rivières mais franchement je te rassure, il m’en reste tellement bien davantage à découvrir ! Comme toi je suis un passionné ! et je ne trouve jamais assez de temps pour assouvir cette obsession ! j’ai seulement soif de pêche et je rêverais de découvrir une eau magique…confidentielle, peu pêchée, sauvage, couplée à une eau translucide …ce lieu sauvage serait obligatoirement riche en couleurs avec un environnement plein de relief ! avec des montagnes environnements et paisible… un endroit rien que pour moi ! ou je pourrais plier le carbone de mes Scope ! Nécessairement, ce lieu devra être composé d’un incroyable et unique cheptel générationnel qui a grandi paisiblement dans un environnement parfaitement naturel…Non seulement des carpes aux dimensions généreuses mais également avec une large diversité de robes et d’écaillages…ha j’en rêve déjà ! et je nourris cet espoir chaque année de trouver ce coin de paradis ! Pas toi ?!

BDLC : pour finir, tu es l’auteur de plusieurs DVD, as-tu de nouveaux projets en perspective ?

Jocelyn Dupré : oui j’ai effectivement fait plusieurs dvd et films pour Season et notamment mon plus bel effort entre 2003 et 2008 avec le DVD La Passion des grands Lacs. C’était une autre époque ! l’époque du DV ! Aujourd’hui nous sommes à l’heure du web et du mobile et de la haute définition et je me suis lancé dans une nouvelle initiative. J’ai fait une première vidéo dans le cadre d’une série sur le web avec un premier épisode sur le lac de Bin el Ouidane au Maroc. J’espère que les pêcheurs vont apprécier !  Nous avons tourné durant l’année 2016 et on va essayer de proposer un second épisode dès 2017…Pour la suite, j’aimerais élever le niveau de qualité et pour ça je vais avoir besoin de soutien ! n’hésitez pas à me faire part de vos conseils, remarques et si vous voulez donner un coup de main n’hésitez pas !! je fourmille d’idées !

Merci à toi pour cette interview et bonne continuation avec ce super blog !

Vous pourrez retrouver les vidéos sur la chaine youtube : https://youtu.be/0-ALepyDVSE ou via facebook : www.facebook.com/eaunaturepoisson/ . Toutes les vidéos sont stockées également sur le site internet : www.jocelyndupre.com.

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :interview de l\homme, jocelyn dupre, le lieu de vie de la carpe

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.