5 astuces pour éviter de repartir bredouille !

éviter de repartir bredouille

 

Que l’on soit plutôt du genre « pêche rapide » ou « longue durée », dans le monde de la pêche, il n’est jamais garanti de rentrer chez soi en ayant sorti de poissons. Cependant, pour éviter de repartir bredouille, il est possible de multiplier ses chances non pas pour réaliser des cartons, mais plutôt pour essayer de sauver les meubles  😀 . Parce que personne n’aime rentrer de la pêche bredouille, je vous propose aujourd’hui 5 astuces sauve capot et ainsi mettre toutes les chances de son côté pour prendre au moins un poisson.

5 astuces pour éviter de repartir bredouille

 

Astuce N°1 : choisir le moment idéal

Bien sûr le moment idéal à la pêche est un peu utopique puisqu’on n’aura jamais la garantie, même si toutes les planètes sont alignées, de prendre du poisson. Cependant, avec un minimum d’expérience, il y tout de même des heures de la journée ou, de façon plus générale des moments dans la saison où les carpes s’alimentent davantage, ce qui veut dire que nous avons plus de chances de voir débarqué un ou des poissons sur notre tapis de réceptions.

Dans ces conditions (éviter de repartir bredouille), la saison hivernale est à éviter. A cette saison, les poissons s’alimentent peu et les touches se font rares, ajouter à cela le froid, et vous obtenez les ingrédients parfaits pour décourager bon nombre de carpistes, ou en tout cas, ceux en quête de poissons.

Selon moi, les meilleurs moments pour sortir du poisson sont :

  • le soir aux beaux jours. Les quelques heures qui précèdent la nuit sont en général excellentes
  • La nuit. La carpe est un poisson qui s’alimente beaucoup la nuit, surtout en été
  • Le matin de très bonheur en été et surtout lorsqu’il fait très chaud. Pour la simple et bonne raison que la carpe s’alimente principalement dans une eau où la température sera modérée et plus ou moins riche en oxygène. En effet, en été le manque d’oxygène présent dans l’eau rend les poissons amorphes une bonne partie de la journée et les pousse à s’alimenter dans une eau plus fraîche, ce qui se produit le matin de très bonne heure (vers 5 ou 6 heures). Pas cool pour les couches tard, on est bien d’accord  😉
  • En automne. A cette saison, les poissons sont en général moins regardant sur les horaires 😀 . Il est donc possible d’obtenir des touches de jour comme de nuit puisqu’ils préparent la saison hivernale qui commence à pointer le bout de son nez et doivent par conséquent faire leur réserve. Ce qui veut tout simplement dire que c’est la saison où la carpe s’alimente le plus (ce qui nous arrange bien  😉 )
l’automne, saison idéale pour pêcher la carpe ?

Astuce N°2 : la pêche au method feeder

Pour éviter de repartir bredouille, rien de tel que la pêche au feeder. Cette technique de pêche est étonnamment très souvent oubliée par bon nombre de carpistes. J’y vois une explication : le grand nombre de « fausses » touches créé par les indésirables et la taille modeste des carpes qui s’y intéressent (je te vois venir avec ton exception 😀 ). Assurément, lorsque l’on pêche au feeder, il faut s’attendre à entendre régulièrement chanter notre détecteur d’une manière qui n’a rien à voir avec le son mélodieux qu’il fait quand une carpe se pique au bout de l’hameçon. Comprenez par là qu’il faut en général bon nombre de touches de blancs (principalement des brèmes) pour espérer voir une carpe se faire une place au bout de la ligne. C’est vrai que c’est contraignant, mais tout de même, le feeder créer une attractivité très forte et permet de prendre une ou deux carpes parfois en très peu de temps. C’est aussi une excellente alternative en enduro, histoire de se différencier, et je parle en connaissance de cause  😉 .

Le method feeder, une technique trop souvent oubliée

Astuce N°3 : la pêche au stick ou sac PVA

Le stick est une sorte de petite chaussette soluble dans laquelle il est possible d’incorporer toutes sortes de particules. Sans rentrer dans les détails, on peut y insérer des pellets, des bouillettes écrasées, du stick mix, etc. C’est très pratique car on l’accroche directement sur l’hameçon, ce qui de plus permet d’amorcer très précisément.

Le plus gros avantage du stick est son attractivité instantanée due aux petites particules. C’est donc une excellente technique pour éviter de repartir bredouille, car il permet d’attirer rapidement un ou deux poissons, mais il permet également de changer en cours de route une stratégie infructueuse, comme par exemple un amorçage long terme (ALT) qui se révèlerait inefficace. En mettant un stick sur une ou deux cannes, il est possible de toucher les poissons qui boudent un plus gros amorçage en « allant les chercher » sur différents spots. D’ailleurs vous l’aurez remarqué, la carpe est parfois casanière et nécessite quelquefois qu’on lui mette « sous le nez » quelques appâts pour déclencher des touches.

Un sac PVA permet de mettre son montage à l’intérieur

 

Le sac PVA a à peu près le même fonctionnement que le stick, à la différence près qu’il est possible de renfermer intégralement son montage à l’intérieur. Ce qui est très pratique lorsque l’on pêche des fonds où il y a quelques résidus par exemple, car en faisant ainsi, il y a peu de chances que l’hameçon ne se pique dans une feuille ou tout autres choses présents sur le fond.

 

 

 

 

Astuce N°4 : optimiser ses montages

Bien sûr, je ne reviendrais pas sur le fait que pêcher au bon endroit est primordial pour prendre du poisson. Mais selon moi, il y a un « détail » souvent négligé par beaucoup de carpiste : pêcher avec des montages irréprochables. Cela paraît comme secondaire pour beaucoup, cependant, tout le monde ne pêche pas avec de bons montages, croyez-moi.

Voilà quelques points à vérifier :

  • si vous pêchez sur de la vase, assurez-vous que la présentation soit bonne. De façon générale, il vaut mieux éviter le fluorocarbone ou le nylon (le plomb s’enfonce dans la vase, de ce fait le fluoro n’est plus du tout plaqué sur le fond) et préférer des bas de lignes en tresse et d’une longueur un peu plus importante que d’habitude.
  • Pêcher avec le montage adapté à vos conditions de pêche. A l’image de l’exemple ci-dessus, assurez-vous de pêcher avec un montage adapté à vos conditions de pêche ou l’esche utilisée.
  • Avant chaque lancer, vérifiez le piquant de l’hameçon. Petits détails à grands effets, car un hameçon émoussé peut 1) Provoquer des décroches 2) Faire en sorte que la carpe ne se pique pas.

Astuce N°5 : pêcher à vue

Pour éviter de repartir bredouille, quoi de mieux que de pouvoir déposer son montage près de grouinages récents, sur différents substrats, ou encore dans une trouée d’herbiers, tout simplement car l’eau est si limpide qu’il est possible de voir entièrement le fond, même à plusieurs mètres de profondeur. Même si sonder méticuleusement peut amener à des résultats similaires, on devine que le fait de tout voir facilite grandement la tâche, et avec un tout petit peu d’expérience, déposer ses montages dans des zones à fort potentiel est un jeu d’enfant, et forcément on augmente considérablement nos chances de prendre plusieurs poissons, ou tout du moins, cela permet bien souvent d’éviter de repartir capot.

Dans ces conditions, une embarcation est plus qu’indiquer (voire impérative) pour voir les différents spots (ce qui est impossible en restant sur la berge). Il est alors très facile de repérer de véritables trésors au fond de l’eau et d’y déposer son amorçage et son montage. Cependant, cela ne s’applique évidemment pas partout car vous l’aurez remarqué, l’eau dans laquelle nous pêchons la majeure partie du temps est assez trouble.

photo-fin-darticle

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet article :bredouille de la peche, comment ne pas rentrer bredouille de la peche, eviter la bredouille carpe

Laisser un commentaire