Utiliser les appâts vivants pour pêcher la carpe

appâts vivants pour pêcher la carpe

 

Les appâts vivants pour pêcher la carpe sont souvent délaissés. Utilisées depuis toujours, ces esches font pourtant la différence dans bien des situations, surtout quand rien d’autre n’a l’air de fonctionner. Pour convaincre les plus sceptiques, n’oublions pas que les appâts vivants représentent le repas quotidien de notre poisson préféré.

Les appâts vivants : à utiliser principalement en eaux froides ?

Voici une question qui mérite toute notre attention. Les appâts vivants sont utilisés principalement en eau froide pour ceux qui en sont adeptes, la raison ? L’attractivité très importante des esches vivantes en fait des appâts bien adaptés à la période hivernale. Nous savons tous que les carpes sont quasi-inactives durant la période la plus froide de l’année. Cependant, elles ne s’arrêtent jamais vraiment de s’alimenter. Bien qu’elles soient efficaces quasiment toute l’année, les traditionnelles bouillettes sont souvent inadaptées pour plusieurs raisons, notamment le problème de diffusion en eaux froides. De plus, la carpe en hiver se fait nettement plus piéger par tentation ou gourmandise que par un amorçage qui souvent se révèle inefficace. Les appâts vivants font alors souvent la différence puisque les carpes se laisseront bien souvent tenter par plusieurs asticots accompagnés d’un maïs flottant artificiel par exemple.

Un must en pêche rapide

S’il y a bien une technique de pêche qui fonctionne à merveille lorsqu’on a recours aux appâts vivants pour pêcher la carpe, ce sont bien les pêches dites rapides. En effet, les appâts vivants se prêtent particulièrement bien quand on ne pêche que quelques heures grâce à leur attractivité « naturelle ». Les carpes, de par leur activité alimentaire n’ont en effet aucun mal à assimiler ce type d’esches puisqu’ils font partie de leur environnement. Leur méfiance est alors proche de zéro, ce qui nous arrange bien lorsqu’on sort du travail et qu’on n’a que quelques heures à consacrer à notre passion.

L’arme fatale quand rien d’autre ne fonctionne

Il y a des jours où on a l’impression que les détecteurs resteront muets quoi qu’on fasse. C’est une sensation étrange et fort désagréable. On peut donc supposer que les fameuses bouillettes que 99,9% des carpistes utilisent ont leur propre limite. Il peut y avoir des tas de raisons pour lesquelles les carpes ont décidé de bouder nos billes. Je pense notamment dans des endroits où la pression de pêche est intense, mais aussi, et c’est peut-être paradoxal, dans des eaux vierges ou quasi vierges. Pour la première raison citée, cela est facilement compréhensible étant donné que les poissons qui peuplent des eaux surpêchées ont goûté et regoûté à notre appât favoris. Dans ce cas-là, il n’y a rien d’étonnant à ce que le poisson se laisse tenter par un bon gros ver de terre puisque qu’au final, cela représente sa nourriture naturelle quotidienne (ou presque).

Par contre, sur des poissons peu ou pas pêcher, cela peut paraître beaucoup plus surprenant. En réalité, en y regardant de plus près, il n’y a rien d’étonnant au fait que les poissons préfèrent la nourriture à laquelle ils sont habitués depuis peut-être plusieurs années, plutôt qu’à une bouillette qui semble sortir de nulle part. Je ne dis pas que ces poissons ne s’habitueront jamais à une autre source de nourriture, je dis simplement qu’utiliser des appâts vivants sur des poissons qui ne croisent pas souvent la route de nos billes, représente une alternative plus que sérieuse pour pêcher dans ce type d’endroit.

Comment amorcer avec ?

Selon moi, et comme j’utilise les appâts vivants lors de (très) courtes sessions, on tire le maximum de cette technique en :

  • incorporant les appâts vivants (des asticots par exemple) dans des boules d’amorce maison
  • les mettant directement dans un stick ou un sac soluble (accompagné de stick mix)
  • en les incorporant directement dans l’amorce pour pêcher au method feeder
  • ou tout simplement comme seule esche sans aucun amorçage
quelques asticots mélangés avec du stick mix
quelques asticots mélangés avec du stick mix

 

Comment mettre un appât vivant sur un hameçon ?

Il y a plusieurs façons de mettre une esche naturelle sur nos montages :

  • directement sur le cheveu (plutôt adapté aux plus gros appâts)
  • grâce à un Maggot Clip (qui permet d’escher les asticots)
  • dans un bas en nylon (qui permet de faire un petit paquet d’asticots par exemple)

Notez qu’il est aussi très intéressant de panacher un appât vivant avec une pop up ou un appât artificiel (comme un maïs flottant).

Quelles sont les limites à utiliser les appâts vivants pour pêcher la carpe ?

Malheureusement, il n’est pas toujours facile d’utiliser des appâts vivants pour pêcher la carpe. Lorsque l’activité des poissons blancs est soutenue (principalement en été), ils s’intéresseront fortement aux quelques asticots pendouillant au bout de notre hameçon, la pêche peut alors devenir compliquée. Toutefois, il y a quelques moments au cours de l’année où cette technique de pêche peut porter ses fruits. Je pense notamment en début de saison, où au sortir de l’hiver, et bien que les températures soient plus clémentes, les carpes n’ont pas encore repris une activité alimentaire « normale » et se laisseront facilement avoir par ce piège qui leur tend les bras.

Il peut être également compliqué de pêcher à moyenne ou longue distance. Disons qu’à plus de 80 m, il n’y a aucune assurance de ne pas pêcher dans le vide. Pour cette raison et pour avoir l’esprit tranquille, il est préférable de pêcher principalement en bordure.

 

Pour finir, sachez que le jour où vous hésiterez à troquer votre bouillette ponctuellement contre des asticots, vers de vase ou vers de terre, gardez à l’esprit que les poissons en ont fait leur repas quasi quotidien, preuve si l’en est qu’ils fonctionnent probablement sur tous types d’eaux et sur tous types de poissons.

 

Par Freddy, carpiste passionné  😉

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet article :appats vivants pour peche, montage asticot carpe

One Reply to “Utiliser les appâts vivants pour pêcher la carpe”

  1. […] y a bien une période propice à l’utilisation des appâts vivants, c’est bien l’hiver. La raison principale étant que la carpe s’alimente peu mais […]

Laisser un commentaire